“Trafic de dettes”

14,00 TTC

En 2004, Jean-Michel Coget découvre qu’un des rapports de son cabinet à l’ancienne direction générale du Groupe Moniteur a été détourné et falsifié pour justifier des emprunts colossaux. Commence alors une enquête qui va durer plus de 10 ans et mettre en cause Nicolas Sarkozy et des hommes d’affaires au passé sulfureux : Jean-Marie Messier, Paul Desmarais, Didier Pineau Valencienne et leurs conseils chez Rothschild et Cie. Cette enquête a trouvé son aboutissement quand, en décembre 2013, le surendettement du Groupe Moniteur de 300 millions d’euros a été rendu public.

Tout cela serait déjà de l’histoire ancienne si, le 16 mars 2020 tout comme le 14 octobre 2008, un discours exagérément alarmiste (« Nous sommes en guerre ») n’avait pas émané d’un personnage issu du même milieu politico-financier, pour masquer un tour de passe-passe financier similaire à celui qui, le 30 juin 2003, avait plongé le Groupe Moniteur dans la spirale du surendettement.

Ce qui change en 2020, c’est que personne ne contrôle le Covid19. Lire « Trafic de dettes » est plus jamais nécessaire pour donner un coup d’arrêt aux ravages causés dans l’économie réelle et permettre au Parlement et à la démocratie de reprendre la main.

Catégorie :

Description

Universitaire et conseil indépendant, Jean-Michel Coget, ingénieur-économiste agit depuis 40 ans pour mettre les technologies de l’information au service du développement durable. Le Groupe Moniteur a souvent publié ses écrits et mandaté son cabinet. Témoin privilégié des mésaventures de ce groupe de presse, il en tire des leçons.

« Trafic de dettes » est le premier d’une série d’essais où cet humaniste, en dénonçant des affaires d’Etat, propose une grille de lecture des excès de la pensée ultralibérale face aux principaux enjeux de notre époque : finances, habitat, technologies de l’information, économie circulaire, gouvernance, etc.

 

Informations complémentaires

Poids 0.450 kg
Dimensions 30 × 15 × 3 cm

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur ““Trafic de dettes””

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *